Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur le blog d'Open'Act

Un bon chef de projet jongle avec les 4 styles sociaux

9 Octobre 2012 , Rédigé par François PHAM Publié dans #style social, #management de projet, #styles sociaux

Un bon chef de projet jongle avec les 4 styles sociaux

Quel doit être le style social d’un chef de projet ?

Cette question est souvent soulevée par les participants quand on en vient à aborder le profil « idéal » du chef de projet. Rêvons un instant…

Le chef de projet ne devrait-il pas être avant tout promouvant ? Après tout, ce que l’on demande à un chef de projet, c’est d’innover, de mobiliser les équipes autour d’une ambition commune et de faire du « neuf ».Voilà des qualités qui s’apparentent à celles du style social promouvant.

Mais ne faut-il pas également de la rigueur dans la méthodologie et une certaine minutie dans le suivi ? En effet, on peut même ajouter à ces qualités une certaine posture critique et aptitude à anticiper les risques qui sont souvent l’apanage des analysants.

Certes, mais il est également important de savoir faire preuve de diplomatie pour dégager dans une démarche participative et consensuelle un objectif commun qui dépassera les luttes d’intérêts sclérosantes. Qui d’autre qu’un style social facilitant saura mieux construire un terrain de jeux commun à des métiers aux intérêts de prime abord antagonistes ?

Le consensus est important, mais sans pragmatisme et volonté farouche de « bouger les lignes », un chef de projet sera vite débordé sur ses flancs par de multiples acteurs. Faire preuve d’une détermination farouche et savoir gérer l’incertitude et l’ambiguïté sans crainte est donc également une qualité première de tout « bon » chef de projet, soit des comportements propres au style social contrôlant !

Conclusion ? Un chef de projet doit être avant tout flexible et savoir adopter des postures multiples lui permettant de faire aboutir son projet. De même qu’il doit savoir dialoguer avec tous les métiers et s’adapter à tous les types d’utilisateurs (de l’utilisateur « lambda » aux membres de son comité de pilotage), il doit être capable de faire preuve d’empathie et d’adapter son style de communication et de leadership en fonction des acteurs qu’il interface.

Cela vous paraît difficile ? Suivez nos formations Communication Persuasive et vous trouverez les réponses à vos interrogations !

Partager cet article

Commenter cet article