Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur le blog d'Open'Act

Les styles sociaux ™ : Développer son empathie pour mieux communiquer

27 Septembre 2012 , Rédigé par François PHAM Publié dans #styles sociaux, #style social, #empathie, #intelligence émotionnelle

Les styles sociaux ™ : Développer son empathie pour mieux communiquer

Savoir identifier les styles sociaux, c’est d’abord un moyen de comprendre en quoi l’autre est différent de nous. C’est enclencher un mouvement vers la découverte de l’individualité d’autrui qui nous amène à développer notre empathie.

Car si les styles sociaux nous amènent à observer certains comportements particuliers de notre interlocuteur, l’empathie nous permet de « forer » dans l’iceberg d’autrui et de partir à la découverte de ses pensées, sentiments et émotions.

Qu’est-ce que l’empathie ?

C’est étymologiquement parlant la capacité à se mettre à la place de l'autre pour comprendre ce qu'il éprouve. L’empathie permet de s'immerger dans le monde subjectif d'autrui à partir d'éléments fournis par la communication verbale et non verbale. L'empathie suppose à la fois de ressentir (résonner) et comprendre (raisonner).

Elle se distingue de la sympathie dans le sens où, comme le disent les anglo-saxons, elle nous permet de nous mettre dans les chaussures de l’autre pour ressentir les choses à sa façon dans une situation donnée… mais sans en attraper les ampoules. C’est donc comprendre l’autre dans sa dimension émotionnelle, affective comme rationnelle, sans pour autant partager ou adopter son point de vue ni s’identifier à lui.

Les bénéfices et freins à l’empathie

Dans notre environnement professionnel, les bénéfices de l’empathie sont évidents. C’est d’abord une clé maîtresse pour bâtir une relation partenariale et de confiance. Nous faisons confiance à des gens qui nous comprennent car nous les savons alors disposés à répondre à nos préoccupations plutôt qu’à plaquer des solutions toutes faites – c’est-à-dire leurs solutions. Dans le management comme dans la vente, une des premières qualités est l’écoute.

L’empathie, c’est ainsi savoir se mettre à la place de l’autre pour le comprendre. C’est également SAVOIR LE LUI MONTRER. Car c’est à partir du moment où l’autre a le sentiment que vous le comprenez qu’il vous perçoit comme un solveur de problème.

Si l’empathie est si importante, pourquoi en manquons-nous souvent ? A cette question, les gens répondent souvent que leur temps fait défaut. En fait, la réponse est ailleurs : nous sommes souvent trop centrés sur nos propres objectifs. Nous ne prenons donc pas le temps de comprendre les autres car nous sommes égocentrés. Nous avons également parfois peur de ce que l’autre pourrait nous révéler. Nous craignons un débordement émotionnel que nous ne saurions gérer.

Y a-t-il des styles sociaux plus empathiques que d’autres ?

La réponse est NON. Certes, les styles expansifs – facilitant et promouvant – sont plus naturellement orientés vers les autres. Ils sont donc plus spontanément sympathiques, mais pas forcément plus empathiques qu’une personne de style social analysant ou contrôlant.

Alors comment développer son empathie ?

Par l’acquisition de techniques mais aussi d’une attitude. Les techniques sont bien connues : écoute active, reformulation, questions ouvertes, langage non verbal expressif…

L’attitude empathique, ce savoir-être particulier, met en jeu plusieurs composantes :

1. Savoir mettre de côté ses propres objectifs pour être pleinement dans l’écoute et la compréhension d’autrui.

2. Accueillir avec bienveillance et sans juger ce que l’autre vous exprime.

3. Ouvrir son « radar social » (comme le nomme Daniel Goleman, grand popularisateur de la notion d’intelligence émotionnelle) à tous les signaux verbaux et, en particulier, non verbaux.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, je conseille au sein de la nombreuse littérature sur le sujet l’excellent livre de Sarah Famery, Développer son empathie (paru aux éditions Eyrolles).

Partager cet article

Commenter cet article