Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur le blog d'Open'Act

Les résolutions de la rentrée : comment choisir les bonnes en fonction de son style social (1/2)

3 Septembre 2014 , Rédigé par François PHAM Publié dans #style social, #analysant

Les résolutions de la rentrée : comment choisir les bonnes en fonction de son style social (1/2)

Les vacances terminées, vous voilà plein d’énergie, ressourcé et prêt à affronter le travail.

Pour les plus courageux, vous vous dites même que c’est l’occasion de changer quelques habitudes pour conserver le plus longtemps possible les bénéfices de ces congés d’été et repartir de l’avant.

Entre autres résolutions parmi les plus fréquemment entendues :

  • Faire régulièrement du sport,
  • Ne pas s’énerver et stresser pour les petits tracas du boulot,
  • Ou autre version similaire : accepter les gens tels qu’ils sont et faire avec, sans vouloir les changer,
  • Etre plus organisé et mieux gérer son temps,
  • Penser à soi et acquérir de nouvelles compétences…

Sans vouloir vous décourager, le taux de réussite observé est désespérément bas. Moins d’une personne sur 10 affirme tenir ses résolutions plus de 3 mois, et moins d’une sur 25 dit dépasser l’année.

Alors manquerions-nous de volonté ? Serions-nous de fieffés paresseux tout juste bons à se faire dévorer par la concurrence asiatique ou allemande ?

Que nenni ! Nous ne savons tout simplement pas choisir les bons objectifs et les bonnes façons de les atteindre. Nous prenons ainsi trop souvent pour cible des choses qui sont contre nature, c’est-à-dire qui ne peuvent pas viscéralement convenir à notre personnalité. Et en outre, nous ignorons qui nous sommes en nous imposant des façons de faire qui ne peuvent pas nous convenir.

Illustrons ces propos. Dans son livre Power Patates (dont je vous recommande la lecture), Florence Servan-Schreiber explique que pour écrire son premier livre, elle avait demandé conseil à ses proches (qui sont auteurs de nombreux livres eux-mêmes) pour connaître les pratiques à adopter pour arriver au bout de son ouvrage. Le conseil qui revenait le plu souvent était de s’astreindre à une discipline de fer : se lever tôt chaque matin et s’asseoir à son bureau en supprimant toute source de distraction, puis s’évertuer à ne pas le quitter avant d’avoir écrit au moins un certain nombre de pages.

Ce conseil peut sembler de bon aloi. D’autant plus qu’il a été et reste un gage de réussite pour de nombreux écrivains et auteurs. Si tant est que les écrivains et auteurs soient plutôt de style social analysant et certainement plus réservés qu’expansifs pour reprendre un des axes de la matrice des styles sociaux.

Partager cet article

Commenter cet article